jane Blog > Démocratiser et transformer les données en actions

geospatial

Le Jane Goodall Institute collabore avec des partenaires de la technologie géospatiale pour combiner des images haute résolution fournies par des satellites et des drones avec des plateformes SIG afin d’identifier les menaces qui pèsent sur l’habitat des chimpanzés au niveau des villages et des paysages.

En Tanzanie occidentale, le Jane Goodall Institute relie ces informations aux données brutes collectées par Forest Monitors (FM) à l’aide de smartphones Android, de tablettes et d’applications de collecte de données open source. Les tableaux de bord ainsi créés fournissent un visuel d’informations simples et faciles à utiliser qui aide les décideurs à cartographier et à visualiser la distribution de la faune et la flore et les activités humaines illégales. Par exemple, les utilisateurs peuvent comparer les villages en fonction du nombre total d’observations, de jours de surveillance ou de kilomètres patrouillés afin de mieux comprendre les efforts de vigilance des forêts communautaires. Ils peuvent aussi cartographier la faune et les menaces spécifiques signalées village par village.

Au cours du lancement du projet et des formations auxquelles ont assisté des dizaines de représentants d’organismes de développement et de ministères, les participants ont appris comment les satellites de Global Forest Watch, qui fournissent des informations sur les changements dans la végétation à travers le monde, peuvent être mobilisés pour cibler les efforts de surveillance plus efficacement, facilitant ainsi l’engagement et la prise de décisions et d’actions de conservation plus durables et plus efficaces.

Pour écouter Dr Jane Goodall parler davantage de ce sujet, et voir les moniteurs de la forêt en action, jetez un œil à ce reportage récemment réalisé par la CNN.

Retour au blog