people TACARE – Tanzanie

Programmes à impacts positifs sur le quotidien des collectivités locales habitant les zones rurales en Afrique

logo African ProgramsDans le parc national de Gombe en Tanzanie, où le Dr Jane Goodall a étudié et fait ses découvertes sur les chimpanzés, une forêt dense recouvre les vallées et une végétation luxuriante orne ses monts escarpés. Dans ce paysage, les chimpanzés cohabitent avec des babouins, des potamochères, des petites antilopes, ainsi qu’avec d’autres espèces de singes et de petits mammifères.

Mais au-delà de la limite de cette réserve naturelle qui s’étend sur 35 km², les conditions se sont aujourd’hui dégradées. La pression, de plus en plus importante, d’une démographie en perpétuelle augmentation prend le pas sur la forêt environnante et sur une vie sauvage qui a déjà pratiquement disparu.

C’est pourquoi, en 1994, le JGI a lancé un projet de reforestation dans cette région : le programme TACARE, projet d’éducation et de reforestation du bassin du lac Tanganyika. Pour que ce programme de protection des chimpanzés et, plus largement, de la vie sauvage de Gombe, puisse fonctionner, l’adhésion et la participation des habitants et des travailleurs de la région étaient indispensables.

L’objectif du TACARE est de lutter contre la dégradation croissante des ressources naturelles dans la zone qui entoure le parc national de Gombe. Pour atteindre ce but, il était essentiel de se focaliser sur le développement socio-économique des communautés locales tout en permettant à ces dernières de suivre des formations et des programmes de sensibilisation en matière de gestion durable des ressources naturelles.

Cette initiative innovante, basée sur la participation collective, répond ainsi aux besoins humains tout en respectant les valeurs de conservation de la biodiversité.

Cette approche offre aux communautés locales les outils pour gérer au mieux et de manière durable, tant du point de vue économique qu’environnemental, leurs ressources naturelles. Grâce aux efforts d’une équipe entièrement tanzanienne, TACARE aide aujourd’hui plus de 170 000 personnes issues de 52 villages dans la gestion des ressources dont ils disposent.

Elles sont initiées sur les moyens à mette en œuvre pour la pratique d’une agriculture durable, et plus particulièrement sur la manière d’éviter l’érosion des sols et les crues subites qui en résultent. Des cultures hybrides, dont le rendement a été amélioré, sont en outre distribuées aux villageois.

Cette initiative de reboisement compte à ce jour une centaine de pépinières, dont les gardiens sont tous issus des villages avoisinants. C’est de ces diverses pépinières que proviennent les jeunes plants qui serviront ensuite à la reforestation. 750 000 arbres ont déjà été replantés, permettant  de rétablir l’habitat naturel de la faune aux abords du parc de Gombe.

La population retire plusieurs bénéfices de ce projet. Elle peut en effet profiter d’un système de microcrédits auprès de neuf banques. Les emprunts serviront à la création de petites entreprises respectueuses de l’environnement. Les familles ont également accès à un centre de planning familial, à des programmes d’éducation sur le SIDA, ainsi qu’à des actions qui favorisent la scolarisation des filles, ce qui a déjà permis à 150 d’entre-elles d’intégrer des écoles secondaires, ainsi que l’université. Cette lutte pour la parité des genres fait en effet partie du projet TACARE, qui encourage une participation équitable des hommes et des femmes.

Avec son programme de sensibilisation à l’environnement Roots&Shoots, le JGI intègre les jeunes dans chacun des projets mis sur pied dans les villages. Les villageois participent par exemple à la réduction de l’empreinte écologique en diminuant leur consommation de bois de chauffe en le remplaçant par des poêles économiques.

Fort de son expérience d’une dizaine d’années en Tanzanie, des programmes similaires ont vu le jour dans d’autres régions africaines : en Ouganda, mais aussi en République du Congo, près de la réserve de Tchimpouga dans laquelle se trouve le sanctuaire des chimpanzés, ainsi que dans la région Est du pays.

Le JGI a dernièrement rejoint les associations Conservertion International et le Dian Fossey Gorilla Fund International pour participer à la protection d’un corridor d’une superficie d’environ 11 000 km². Selon les estimations, cette zone abriterait 15 000 chimpanzés et plus de 5 000 gorilles des plaines. Le JGI travaillera directement avec la population de ces régions isolées afin d’améliorer les soins de première nécessité, de rendre accessible les formations et fournir le matériel nécessaire à la planification familiale, et de les aider à développer une agriculture et des pratiques d’élevage durables et efficaces.

Suite au succès du TACARE, un autre programme environnemental, The Greater Gombe Ecosystem Programme, a vu le jour en 2005. Pour ce projet ambitieux, le JGI et ses partenaires utilisent du matériel de pointe comme le Système d’information géographique et de cartographie (SIG) par imagerie satellite afin de déterminer les différents usages des terres, y compris l’affectation de certaines zones à la régénération, et cela, avec la participation active des communautés locales.

Vous pouvez faire un don directement pour ce projet en mentionnant « TACARE – Tanzanie » lors de votre virement. Vous recevrez un certificat en échange de votre don. Toutes nos données bancaires sont reprises sur notre page de contact.

NOUS VOUS REMERCIONS pour votre contribution à l’égard des Animaux, des Personnes et de l’Environnement (APE = “singe” en anglais )