Rencontrez Lemba, Mambou et Mbebo

Lemba

LembaLemba a été confisquée à son propriétaire avec l’aide de l’association HELP Congo et des autorités locales pour la protection de la faune sauvage. Lemba était atteinte de malnutrition sévère due à une importante infection parasitaire. Certains de ses parasites mesuraient 30 cm de long !

Lemba est un chimpanzé calme et doux. Bien que ses oreilles tombantes lui donnent un petit air triste, elle est en fait un des chimpanzés les plus heureux du sanctuaire Tchimpounga. Elle adore tous les soigneurs et est la préférée de tout le monde – humains comme animaux.

A la fin de l’année 2010, une épidémie de polio frappa Pointe Noire. Contre attente de toute l’équipe du sanctuaire, Lemba fut atteinte par la maladie, alors qu’elle avait été vaccinée contre la polio dans le passé. Le vaccin utilisé contenait la forme morte du virus de la polio, pas la forme vivante atténuée. Ce type de vaccination n’offre apparemment pas une protection suffisante.

Lemba tomba si malade, que l’équipe vétérinaire crut qu’elle était condamnée. Actuellement les membres supérieurs de Lemba sont pratiquement normaux mais elle doit encore retrouver la fonctionnalité de ses membres inférieurs. L’infirmité de Lemba ne semble cependant pas la gêner. Elle a trouvé d’autres manières de se déplacer et a développé une force incroyable au niveau de ses membres supérieurs.

L’histoire de Lemba, racontée par Rebecca, vétérinaire et directrice à Tchimpounga:
Quand ils ont trouvé Lemba, elle semblait très fatiguée et Rebecca s’était sentie lasse elle aussi à la vue de cet énième bébé chimpanzé à sauver. Lemba signifie d’ailleurs « je suis fatigué ». Lemba se montra d’emblée très douce et dépendante, toujours agrippée à ses gardiens mais en réalité, elle n’était pas si chanceuse que ça, comme Rebecca nous l’a raconté :

« Elle est arrivée au moment où tous les habitants de la République du Congo, y compris les gardiens de Tchimpounga, devaient se faire vacciner contre la polio. Afin d’éviter la transmission du virus des gardiens aux chimpanzés, les 152 chimpanzés de Tchimpounga furent tous vaccinés également, mais il était déjà trop tard pour Lemba. Tout d’abord, elle eut de la fièvre, puis ses jambes et ses bras s’engourdirent l’un après l’autre. Elle restait toutefois de bonne humeur et continuait à sourire tout le temps. Les vétérinaires me demandèrent alors s’il n’était pas préférable de l’euthanasier vu qu’ils s’attendaient à la voir rester paralysée pour le restant de ses jours. Or j’avais entendu parler d’un traitement contre la paralysie des membres qui s’était avéré efficace dans certains cas : la stimulation quotidienne de chaque membre permettait de lui redonner de la vie… Chaque jour, les doigts, bras, orteils et jambes de Lemba furent ainsi massés par les gardiens. Après 15 jours, ils virent un premier doigt bouger. Ils ne s’étaient pas trompés : son doigt avait réellement bougé ! Après 20 jours, un bras recommença également à s’animer, puis ce fut au tour du second bras au bout de trois mois ; suivirent un genou et enfin une jambe entière. Seule une jambe demeurait paralysée. »

Aujourd’hui, Lemba a appris à se déplacer à l’aide de ses bras et elle grimpe remarquablement bien aux arbres. Elle vit désormais heureuse et se montre d’ailleurs fort dominante dans son groupe !

Mambou

MambouMambou fut à l’origine confisqué et amené au Zoo de Brazzaville. Malheureusement, durant la période de temps nécessaire pour le transférer à Tchimpounga, il tomba gravement malade. Au zoo, Mambou contracta une sévère infection à candida, causée par une surdose de médicaments. Il en résulta une destruction complète de la flore bactérienne du système digestif du chimpanzé.

Une infection à candida entraîne souvent la mort. Mambou était incapable de manger ou boire oralement si bien que toute nourriture a dû être administrée par fluides intraveineux pendant trois semaines. Heureusement, les soins et l’attention constante de l’équipe vétérinaire l’ont sauvé.

Aujourd’hui, Mambou continue de mériter son nom qui signifie « problème » dans la langue locale. Il est constamment en train de faire des bêtises! Très actif, c’est un jeune chimpanzé heureux qui aime jouer du matin au soir avec tout le monde, y compris les chiens. Mambou aime plus que tout être toiletté par Tango, un des chiens résidents, avec qui il partage des jeux de chatouilles.

L’histoire de Mambou, racontée par Rebecca, vétérinaire et directrice à Tchimpounga:
Mambou signifie « problème » ou « ennui » : il était d’ailleurs en danger de mort à son arrivée à Tchimpounga. Il était en effet à la fois épuisé, apathique, totalement déshydraté et souffrait en outre d’une infection parasitaire grave. Comme les vétérinaires s’apprêtaient à abandonner le combat, Rebecca et les autres gardiens décidèrent de tout faire pour le garder en vie.

« Nous lui avons administré de la nourriture par voie intraveineuse et petit à petit, il se mit à récupérer. Après un mois de soins intensifs quotidiens, il avait changé du tout au tout ! Il est actif, heureux et n’arrête pas de jouer toute la journée. Aujourd’hui, il continue à faire honneur à son nom qui signifie « ennui » en langue locale : il est constamment occupé à faire des bêtises ! Il joue avec tout le monde, même les chiens. Le chien Tango est d’ailleurs son meilleur ami ; il chatouille le ventre de Mambou avec son nez et celui-ci rit continuellement… »

Mbebo

MbeboMbebo a été confisqué à son propriétaire à Brazzaville par les autorités charges de l’application des lois avec l’aide de la Société de Protection de la Faune Sauvage (WCS) et du programme de la Fondation Aspinall (PPG). Il fut confié pendant une brève période au Zoo de Brazzaville avant que le Dr. Ken Cameron de la WCS ne propose de le conduire à Tchimpounga.

A son arrivée, Mbebo était en bonne condition physique et pesait 5 kg. Les examens indiquèrent que, comme la plupart des nouveaux arrivants, Mbebo présentait une sévère infection parasitaire nécessitant une médication.

Mbebo a reçu son nom de l’équipe de Tchimpounga à cause de son habitude de laisser pendre sa lèvre inférieure, ce qui lui donne perpétuellement l’air perplexe. C’est un chimpanzé dynamique, actif et curieux qui aime explorer de nouveaux endroits et de nouveaux objets. Il est toujours en train de bouger, ce qui ne facilite pas la tâche de sa soigneuse (Antoinette).

Mbebo présente certains comportements intéressant dans le maniement d’outils, ce que ne présentent pas les autres orphelins. Ceci laisse à penser qu’il a dû observer sa mère manipulant des outils et qu’il reproduit ce comportement. Mbebo est aussi passablement doué dans la reconnaissance des plantes alimentaires sauvages.

L’histoire de Mbebo, racontée par Rebecca, vétérinaire et directrice à Tchimpounga:
Mbebo signifie “lèvre” et sa lèvre inférieure proéminente a clairement déterminé le choix de son nom. Il a été confisqué à Brazzaville sur le marché alors qu’il était âgé d’un an. A leur arrivée à Tchimpounga, tous les chimpanzés doivent rester dans une zone séparée afin de pouvoir s’assurer qu’ils ne seront pas malades (ils pourraient alors transmettre des maladies aux autres), cela s’appelle la « quarantaine ». « Il a donc atterri dans une cage temporaire avec les deux frères, Makasi et Leki. Ils se sont bien entendus et ont joué ensemble », dit Rebecca.

« Un jour, cependant, ils sont parvenus à s’échapper profitant de la porte laissée ouverte par un stagiaire. Nous avons trouvé la cage vide et chacun d’entre nous s’est immédiatement mis à la recherche des trois bébés chimpanzés car il était vraiment dangereux de les laisser livrés à eux-mêmes. Nous avons retrouvé assez rapidement les deux frères qui se dirigeaient vers la forêt, mais aucune trace de Mbebo… Il commençait à faire sombre et nous ne l’avions toujours pas retrouvé. Comme je m’en faisais pour Mbebo et qu’il faisait désormais trop sombre pour poursuivre mes recherches, je retournai vers la cage et me laissais tomber sur le sol, épuisée et très triste. C’est alors que soudain, j’entendis un bruit et vis une boîte bouger à côté de moi… En sortit alors Mbebo qui s’empressa de me toucher le bras. On aurait dit qu’il cherchait à me consoler, mais sans doute était-il simplement heureux de voir quelqu’un ! »

Il se blottit sur ses genoux et Rebecca put alors le remettre dans la cage sans aucun problème. En réalité, il était probablement resté caché sous la boîte pendant tout ce temps ! Il est devenu un véritable explorateur !