Sénégal

Préservation des communautés locales, recherche et développement durable

Le soutien au développement des communautés rurales participe à la préservation des derniers chimpanzés du Sénégal.

Kédougou est la capitale d’une des régions les plus défavorisées du Sénégal. De par son éloignement géographique au sud-est du pays sur la frontière avec le Mali et la Guinée, cette région est moins développée que la côte et les familles pauvres se doivent d’utiliser toutes les possibilités d’assurer leur survie y compris des méthodes non pérennes.

Dans le même temps, cette région qui comprend la commune de Dindéfélo,  abrite les derniers et seuls chimpanzés du Sénégal, survivants d’une sous-espèce en grand danger d’extinction, menacés par le recul et la dégradation de leur territoire engendrés par les activités humaines comme la déforestation,  les techniques agricoles non-durables, l’élevage du bétail et les incendies non-contrôlés. Certains groupes de chimpanzés du Sénégal ont acquis des comportements uniques d’adaptation au climat chaud et sec, tels que l’immersion dans des poches d’eau, l’utilisation de cavernes à l’abri de la chaleur et la chasse à la lance de plus petits primates. Cette région étant déjà très impactée par le changement climatique,  la survie de ces populations de chimpanzés  est d’autant plus difficile.

L’extinction de ce groupe entraînerait une perte incalculable pour la biodiversité régionale, le patrimoine naturel mondial ainsi que pour la science. Il est toutefois possible d’inverser ce processus en travaillant main dans la main avec les communautés locales pour les amener à atteindre leur sécurité alimentaire grâce aux pratiques agricoles durables, les former et les sensibiliser à la gestion de leurs ressources naturelles afin de garantir aussi l’avenir de leurs enfants tout en protégeant l’habitat des chimpanzés de la commune de Dindéfélo et de ses environs.

Mais que fait l’Institut Jane Goodall au Sénégal?

  • Recherche: JGI assure l’unique assistance technique de la Réserve Naturelle de la Communauté de Dindéfélo (RNCD) et travaille en accord avec les autorités afin de créer des zones protégées, des corridors et des surfaces de reforestation. L’institut y organise des formations et des réunions avec les autorités et les décideurs, définit et finance les plans de protection anti-incendie, assure la promotion de l’éco-tourisme dans la Réserve y compris le suivi des chimpanzés, y mène différentes recherches, recense les populations de primates et les menaces subies par leur habitat.
  • Education et prise de conscience : JGI y développe des programmes d’éducation et des actions de conscientisation, organise des séances de cinéma, des ateliers radio, des collectes de déchets dangereux (piles, batteries, etc), des stages éducatifs et des bourses d’études au Sénégal et en Guinée. L’Institut Jane Goodall Belgium soutient plus particulièrement le programme Roots & Shoots ciblant la jeunesse locale.
  • Agroforesterie: JGI développe des projets comme la reforestation de corridors pour chimpanzés, la sécurité alimentaire pour la population locale, la création de zones tampons pour aider la communauté à atteindre les ressources nécessaires tout en conservant des zones protégées, la mise en route de haies vives pour diminuer le prélèvement de bois des forêts, l’étude d’amélioration de la productivité des sols, de la croissance et du traitement des céréales indigènes.
  • Eau, santé et assainissement: construction d’écoles, construction et réparation de puits, de lavoirs et de latrines, construction d’un centre de formation, mise en place de divers ateliers sur l’hygiène avec distribution de produits, l’éclairage solaire, l’assistance vétérinaire et les problèmes de santé…

Comment pouvez-vous aider simultanément ces communautés locales et les chimpanzés?

En faisant un don à notre organisation.

Photo crédit: (photo héros) S. Rodríguez/JGI Senegal