Réserve naturelle Dindefelo

Le programme de l’Institut Jane Goodall pour la recherche et la conservation des chimpanzés et la gestion durable des ressources naturelles est mené dans la région de Kédougou, au sud-est du Sénégal, et de l’autre côté de la frontière, au nord de la Guinée. La majorité des activités de l’IJG au Sénégal sont menées dans la réserve naturelle communautaire de Dindéfélo, mais le programme inclut également d’autres villages et zones adjacentes.

Kédougou est l’une des seules régions du Sénégal à compter des chimpanzés sur son territoire. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, les chimpanzés qui vivent au Sénégal sont en danger critique d’extinction. En fait, la présence de ces primates a été la principale raison de la création de la réserve naturelle communautaire de Dindéfélo en tant qu’aire protégée.

La réserve est située au bord de la chaîne de montagnes du Fouta Jallon, en bordure du fleuve Gambie à l’est. Ses montagnes, rares dans un pays pratiquement plat, sa topographie et son climat (période de sécheresse intense d’octobre à mai et saison des pluies de juin à septembre) favorisent l’existence de différents types de forêts et de savanes, créant un paysage spectaculaire et une diversité de faune impressionnante.

Avec la création de la réserve naturelle communautaire de Dindéfélo et les activités de la JGI au Sénégal, un modèle d’écotourisme a été créé pour contribuer au développement durable de la communauté ainsi qu’à la conservation des chimpanzés et de leur habitat.

Les chimpanzés sont l’une des espèces de grands singes qui peuplent la planète, et ils vivent à l’état sauvage en Afrique tropicale. Avec les bonobos, les chimpanzés sont l’espèce la plus proche de l’homme en termes physiques, comportementaux et génétiques (la différence génétique entre les chimpanzés et nous n’est que d’environ 1,4 %), de sorte que l’étude des chimpanzés constitue une approche importante pour la connaissance de notre histoire évolutive. Ce sont des animaux extrêmement sociaux et intelligents, dotés de grandes capacités cognitives d’apprentissage. Un grand nombre de comportements sont transmis de génération en génération, ce qui signifie que les chimpanzés ont des comportements culturels.

Le chimpanzé d’Afrique occidentale est l’une des deux sous-espèces de chimpanzés les plus menacées, avec le chimpanzé du Nigeria et du Cameroun. Le chimpanzé d’Afrique de l’Ouest est éteint au Togo et en Gambie, potentiellement éteint au Bénin et il pourrait bientôt être poussé à l’extinction au Burkina Faso, au Sénégal – en 2001 Butynski a estimé le nombre de chimpanzés au Sénégal entre 200 et 400 individus – et au Ghana. L’UICN a catalogué cette sous-espèce comme “en danger critique d’extinction” sur la liste rouge de 2016.

La fragmentation et la perte d’habitat résultant d’activités humaines telles que la déforestation, que ce soit par l’abattage des arbres ou par les feux de brousse, sont les principales menaces qui pèsent sur les chimpanzés en Afrique de l’Ouest, au Sénégal, ainsi que la construction d’infrastructures (barrages d’eau, lignes et pylônes à haute tension, routes, etc.) Pour cette raison, de nombreuses populations de cette sous-espèce sont isolées dans des parcelles de forêt, ce qui compromet leur survie à long terme. Heureusement, ni le braconnage ni le trafic illégal de chimpanzés ne sont actuellement la principale menace pour la survie de cette sous-espèce au Sénégal, mais ils constituent une menace en Guinée et dans d’autres pays.

Photo crédit: JGI Espagne